LES SILDARII

CERCLE_SILDARI_remi_grabisch

Au milieu des forêts marécageuses du Nord-est, vivaient dans une discrétion prudente les Sildarii.
Peuple érudit à l’acuité profonde, ils avaient eu la clairvoyance d’esquiver les multiples drames qui secouèrent le monde d’Istérion, traversant l’Histoire dans l’harmonie la plus enviable, et encourageant le commerce des biens et les échanges savants plutôt que le croisement du fer.

Les Sildarii avaient vu le jour au cœur de la Vieille Forêt, ou Mère Forêt comme ils aimaient à l’appeler. La très riche diversité de cette région ombragée, faite de micro-climats, fut probablement à l’origine des différences qu’existaient entre les Sildarii, que l’on pouvait distinguer en trois grandes familles : la branche dite lunaire qui vivait davantage sur la côte occidentale et voyait le soleil se coucher, la branche stellaire qui vivait au Nord, où le ciel était dégagé et les étoiles nombreuses ; enfin la branche solaire qui vivait sur la côte orientale et témoignait du lever de soleil.
Pour autant les Sildarii avaient su vivre dans l’union, et, dans la pénombre des forêts, à l’écart des regards indiscrets, leur civilisation émergea aussi florissante que celles de leurs voisins nariens et stygiens. Seuls deux événements majeurs venaient obscurcir leur histoire : la scission chez les Sildarii lunaires, en 675, qui aboutit à la fondation du royaume des Misiliens ; puis l’exil des Stygiens, en 1324, qui entraîna lui aussi la création de leur empire. Mais au regard des Sildarii, tous ces faits appartenaient à un passé qui tendait à s’effacer de leur mémoire, et aujourd’hui ils n’aspiraient qu’à l’équilibre de leur monde.
Car l’équilibre, on ne pouvait le nier, n’avait jamais été sujette à louanges en Istérion. Les guerres morcelaient l’Ouest, secouant terres et mers ; et les Sildarii, sans y prendre part de manière directe, avaient envoyé maints renforts soutenir les défenses misiliennes et pingouins.

Au jour de notre récit, l’absence de résultats relevait avec éloquence la vanité de ces guerres millénaires. Le fracas des armes ne pouvant prétendre au rôle salvateur ; les Sildarii furent les premiers à répondre aux trois conseils arrangés par les Stygiens. La menace qui pesait à l’Ouest étendait toujours plus ses noirs nuages, et il était grand temps de les chasser par la lumière et la raison.